skip to Main Content

Antipodes supérieurs

Cet épisode de la lettre des Antipodes inférieurs reste énigmatique. Le mot « Antipodes » désigne bien sûr les habitants de l’autre côté de la terre (ceux qui « marchent à l’envers » littéralement). Les Antipodes inférieurs semblent donc représenter ici des sortes d’étrangers, voire d’Utopiens (n’oublions pas que L’Utopie de Thomas More a été publié quelques années plus tôt) qui souhaitent « humainement converser » avec les Antipodes supérieurs, mais qui se heurtent au refus de communiquer de leurs semblables supérieurs et qui commencent donc à s’impatienter. Plusieurs commentateurs du Cymbalum ont tenté d’interpréter (fort diversement) ce passage, incluant des interprétations sociopolitiques qui y voient une menace de rébellion. N’oublions pas que l’auteur de la lettre-préface prétend avoir trouvé l’original latin de ce texte « il y a environ huit ans » dans un monastère de la ville de Dabas (d’en bas) qui pourrait représenter Lyon où a eu lieu, huit ans plus tôt, une révolte appelée la Grande Rebeyne. Le monde carnavalesque de cette satire se construit sur de perpétuels renversements… comme dans les Saturnales censées avoir lieu au lendemain de cette rencontre.

Back To Top
×Close search
Rechercher