skip to Main Content

Je vous amènerai des gens

On voit bien dans ce passage que Byrphanes et Curtalius sont associés aux instances de répression catholiques qui utilisaient des méthodes de torture (ou de mise à mort) plutôt violentes à l’époque. Le libraire et imprimeur de l’édition parisienne du Cymbalum mundi, Jean Morin, lui, après avoir échappé au bûcher (contrairement à son associé Jean De La Garde) sera condamné à une peine plus clémente : il doit être mené devant l’église Notre-Dame-de Paris pour faire amende honorable à genoux, en tenant dans ses mains une torche de cire pour demander pardon à Dieu, au Roi et à la justice. Les méchants livres trouvés en sa possession devaient être brûlés en sa présence. Nu sur une charrette, il devait ensuite être battu avec des verges dans les rues de Paris, avec la corde au cou, puis tourné au pilori et banni pour toujours du royaume de France avec tous ses biens confisqués (résumé de la Sentence du Parlement de Paris du 17 juin 1538). Voir les documents d’accompagnement pour plus d’informations.

Back To Top
×Close search
Rechercher