skip to Main Content

pierre philosophale

La découverte de la pierre philosophale est l’objectif ultime du « grand œuvre » des alchimistes (comme le célèbre Paracelse, contemporain de l’auteur de ce livre). Dans le deuxième dialogue cependant, cette pierre aux pouvoirs magiques (qui devait permettre de transmuter les métaux en or, de guérir tous les maux, de prolonger la vie…) semble symboliser plutôt la Parole du Christ que s’approprient et que prétendent posséder ces « philosophes », c’est-à-dire en fait les théologiens protestants de l’époque qui, tels Martin Luther (Rhetulus) et Martin Bucer (Cubercus), sont caricaturés ici. Cela suscitera évidemment une haine violente de ce petit livre satirique chez ses commentateurs protestants.

Back To Top
×Close search
Rechercher