skip to Main Content

Probitas

Cette maxime provient de l’auteur romain Juvénal (Satires I). Traduite littéralement, elle dit « on loue la probité, mais elle gèle », c’est-à-dire qu’on fait l’éloge de la probité mais qu’on la néglige (comme le montre la gravure du frontispice où la figure féminine est montrée d’un côté avec sa robe en haillons, tenant un bâton de mendiant).
Plusieurs éléments de la gravure du frontispice au-dessus de cette devise sont significatifs : les têtes de Maures dans les coins supérieurs et les lettres I et M dans les coins inférieurs sont les marques du libraire-imprimeur de l’ouvrage, Iehan (Jean) Morin qui a subi de graves conséquences à la suite de la publication du Cymbalum (voir les documents d’accompagnement pour plus d’information).

Les mots en lettres grecques liés aux têtes d’anges de chaque côté de la figure féminine – « EUGE SOPHOS » – signifient « Avance , sage! »… mais ils peuvent aussi avoir un sens plus ironique du type « Ah! bravo, le sage. ».

La gravure du frontispice (différente de celle de l’édition de 1538 à Lyon qui représente simplement un « poète ») semble faire référence au contenu du Cymbalum mundi, mais la même image aurait été utilisée pour une autre publication (une édition du Roman de la rose de 1538), ce qui signifie qu’il ne faut pas trop s’appuyer sur elle pour interpréter ce livre… même si elle illustre très bien les dénonciations morales du Cymbalum mundi! (L’édition de Lyon ne montre pas la même image, mais elle utilise tout de même la maxime de Juvénal sur la probité.)

Back To Top
×Close search
Rechercher